Bienvenue !

Bonjour et bienvenue !
Laissez-vous tenter par la rubrique "J'ai testé pour vous" : découvrons et cuisinons ensemble des produits inhabituels, étranges ou originaux !!
Pour le meilleur et pour le pire !

Vous pouvez aussi suivre ici les Aventures d'une novice, voyages et découvertes sur le thème de la cuisine.

Enfin, la catégorie des recettes "Sans cuisson" pour ceux qui n'ont pas de vraie cuisine, mais qui veulent se faire plaisir.

dimanche 30 septembre 2012

Salade Olivier (recette de fête russe)

English

Voici la recette que j'avais proposée au RDV des cuisinautes hier. C'est une recette traditionnelle russe, incontournable pour les fêtes comme Nouvel an (pas de fête sans olivier !). Pour vous donner une idée de son importance, du temps où je faisais des cours de russe, c'était le nom de plat qui revenait régulièrement au cours des textes. J'ai fini par être curieuse de ce que ça pouvait être. J'ai trouvé une recette sur un site russe, et j'ai soumis ma préparation au verdict de deux cobayes amies russes, qui l'ont validée, donc allons-y sans crainte !

Photo de Stella Cuisine

Ingrédients (pour 4 personnes)
400 g de petits pois égouttés
300 g de viande (de préférence du poulet)
150 g d'oignon
100 g de cornichons (malassol ou doux de préférence)
350 g de pommes de terre
4 oeufs
Mayonnaise (recette maison ici)

Préparation
Cuire les oeufs durs. Cuire les pommes de terre 30 min à l'eau bouillante salée. Cuire le poulet à l'eau bouillante salée 15 min*, ajoutez un peu de bouquet garni à l'eau pour parfumer.
Ecaler les oeufs, éplucher les pommes de terre, couper tous les ingrédients en petits dés. Les mettre dans un saladier, ajouter de la mayonnaise et bien mélanger. Si nécessaire, rectifier l'assaisonnement.

*ATTENTION : 15 min, c'est pour la cuisson du poulet. Si vous choisissez de mettre autre chose, comme du veau ou du porc (après tout, vous pouvez aussi), il faudra cuire la viande plus longtemps (40 min pour du veau, au moins).

Il y a autant de recettes que de familles russes, comme pour toute recette traditionnelle qui se respecte. Vous pouvez donc ajouter, par exemple, des carottes ou des pommes ...

Je vous propose de le servir en cornet dans des blini :


Mon cobaye russe préféré m'avait recommandé de choisir des cornichons Malossol (j'en ai trouvé à Franprix, donc ce n'est pas la croix et la bannière non plus, en fait, d'en trouver !). J'me suis dit, elle est mignonne, c'est quoi ?

J'ai donc fait une petite recherche : malossol désigne une méthode de préparation et de conservation, à base de saumure (et non de vinaigre comme en France). Le résultat, c'est donc des cornichons plus doux et plus gros qu'en France, ça apporte une saveur un peu différente au plat. J'avais goûté pour la première fois des cornichons doux à Spreewald, en Allemagne, et je les préfère aux petits vinaigrés français, ils sont moins agressifs et plus savoureux ! J'encourage ceux qui ne connaissent pas à tester. (D'ailleurs, en allemand et en russe, on a un seul mot pour cornichon et concombre, preuve que la barrière est moins importante entre le goût de l'un et de l'autre dans ces pays ! Ils les font pousser un peu plus longtemps, ils ont plus d'eau... Tout est dans la préparation. Intéressant, non ?!)

Bon appétit !

samedi 29 septembre 2012

Crumble poire-noisettes

English
Je remets au goût du jour cette recette proposée au Rendez-vous des cuisinautes, et j'en profite pour lui ajouter des photos.


Troisième et dernière proposition pour aujourd'hui. Cette fois, c'est plutôt un crumble d'hiver, si on regarde les fruits de saison. Je l'ai trouvé vraiment excellent (oui, meilleur que les deux précédents, je vous garde le meilleur pour la faim fin !!).

Ingrédients
4 poires (prenez-en des bien juteuses et sucrées !!)
50 g de noisettes 
150 g de farine
250 g de sucre
150 g de beurre
Sel

Préparation
Préchauffer le four à 180°.
Peler les poires, les couper en dés et les saupoudrer d'un peu de sucre.
Concasser (hacher grossièrement) les noisettes. Les verser dans un saladier avec la farine, le reste du sucre et une pincée de sel. Ajouter le beurre coupé en morceaux. Travailler du bout des doigts pour obtenir une pâte sablée.
Verser les fruits dans le plat, le sablé par dessus, et cuire 30 min à 180°. Servir tiède ou froid.



Et voilà les suggestions de desserts du week-end. Régalez-vous !

Bon appétit !!!

Rendez-vous des cuisinautes !!!

Depuis le temps qu'on en parlait, cet après-midi a eu lieu le rendez-vous des cuisinautes. Une idée vraiment géniale à la base, qui visait à réunir tous les blogueurs culinaires qui le voulaient. C'était vraiment super de rencontrer d'une part, des personnes avec qui on parle régulièrement sur la toile (Lili, par exemple), mais aussi des gens dont je ne connaissais jusqu'alors pas le blog, mais avec qui j'ai pu discuter. 

Non, nous n'étions pas 70 à table ! Photo de Stella 
On ne se connaissait pas à la base, mais c'est incroyable comme une passion commune, ça rapproche. On s'est tout de suite sentis super à l'aise, et on a pu super bien discuter (et manger, vous croyez quoi). Ca s'est déroulé aux buttes Chaumont, cadre enchanteur, avec démonstration de pompiers et 86 mariages. Bref, tout y était. La pluie a même eu la gentillesse de passer son chemin en voyant nos efforts.

Petit échantillon...
Pique-nique placé sous le signe de la dégustation. Mais petite bouchée par petite bouchée, on a quand même fait un repas gargantuesque, sous l'oeil parfois un peu effaré des passants.

Lili, en organisatrice studieuse, a fait la liste des préparations. Je me permets de la citer car je n'ai pas pris de notes :

"Un  thé glacé rooibos, citron et miel, des tomates cerise façon pommes d’amour, des petits cakes tomates, mozzarella et basilic, ou encore roquefort, poires et noix, une belle salade Olivier (recette russe), une quiche gorgonzola, tomates cerises et noisettes, des cookies saucisson, comté et noisettes, des financiers au curry et à l’amande, des roulés à l’aubergine, au fromage de brebis, au jambon de pays et à la menthe, une salade de nouilles japonaise au wakame et à la pâte de sésame noir, des cornets de saumon et leur crème craquante de pistache, un pain d’épice, une tarte choc’amandine, des muffins à la châtaigne, à la pomme et au chocolat, des nems gourmands aux fruits et à la crème pâtissière, un délicieux crumble poires noisettes, une tarte abricots et amandes, un gâteau poires et crème de marrons…"

Sans oublier son cake "sans rien, mais avec beaucoup de goût", à la farine de châtaigne, aux tomates séchées, courgettes et échalotes.

Photo de Stella

Mais qui était donc là ??
Commençons par les organisatrices, qui ont fait du super bon boulot !
Claudia des Cuistots anonymes (pour toutes vos épices !)
Stella de Stella cuisine

Mais aussi 
Christophe de Sushi Monster
Marion de la Cuisine de Ion
Ghislaine du Blog de Ghislaine
Juliette des Recettes de Juliette
Stéphane de Recettes de
Nelly de La dinette de Nelly
Mathieu de We cook (un site pour vous aider à faire vos menus !)
Cécile de Bemiam
Michelle des Plaisirs de la maison
Véronique de Amoureusement soupe
Martine de La cuisine de Lilimarti

Pour voir plus de photos des plats, je vous propose d'aller voir chez Nelly qui a fait des photos magnifiques. Quant à ma petite contribution ... un crumble poire noisette, et une salade olivier, tradition russe...


Je suis vraiment très contente d'avoir pu participer, un grand merci à tout le monde, et à très bientôt !!!

mardi 25 septembre 2012

Risotto tomates, champignons et chorizo

English

C'est la recette que faisait toujours mon papa quand j'étais petite. Et c'est vraiment délicieux. Et puis le risotto, une fois qu'on a chopé le truc, c'est vraiment pas sorcier !

Une torture de préparer ce plat quand on a faim !! Ca sent tellement boooon !


Ingrédients (pour 4 personnes)
400 g de riz rond
1 cube de bouillon de volaille
300 g de champignons
1 grosse boîte de tomates pelées
3 oignons nouveaux
10 cl de vin blanc (facultatif)
1 peu de concentré de tomates
Chorizo (quantité selon les goûts)
Persil

Préparation
Couper les champignons en lamelles, les faire dorer à la poêle puis les réserver. Emincer les oignons, les faire revenir puis ajouter le riz. Quand celui-ci est translucide, émietter le cube de bouillon dessus puis commencer à verser louche par louche de l'eau bouillante. Remettre les champignons.
Couper le chorizo en dés (ou en rondelles suivant le format).
Au bout de 10 min, commencer à ajouter progressivement les tomates et leur jus, les écraser dans la préparation. Ajouter le vin blanc et le chorizo. Saler et poivrer, ajouter du persil. En fin de cuisson, mettre un peu de concentré de tomates (pour réhausser la couleur, notamment). Sucrer légèrement si nécessaire pour contrebalancer l'acidité de la tomate. Servir aussitôt.

Le petit truc en plus : on peut servir des têtes d'asperges avec.

Remarque, la durée cuisson idéale du risotto est de 18 min. Après, nous pauvres mortels, on fait comme on peut.

Bon appétit !!!

lundi 24 septembre 2012

Lassi mangue et papaye

English

Faut que j'vous dise, au début, j'ai eu du mal à me faire à la mangue, car son goût me rappelait trop la carotte. On n'était pas franchement copines, elle et moi. Et puis voilà, j'ai fini par succomber à son extrême douceur, et aujourd'hui, tout va bien entre nous !! Aujourd'hui, je vous propose d'allier douceur et douceur, et de faire un lassi. C'est tout simple à faire, un lassi, tout doux, et tellement bon !!

Pour le dessert, le goûter, le petit dej, ou même en cocktail avec un peu de vodka, le moins qu'on puisse dire, c'est que cette boisson est polyvalente et vous aidera à faire le plein d'énergie, et en douceur...


Vous pouvez choisir la proportion de fruits que vous voulez, l'important, c'est de mettre le même poids de yaourt que de fruits.

Ingrédient
1 mangue (environ 200 g épluchée)
175 g de papaye
3 yaourts nature
Sucre 

Préparation
Mixer les fruits et le yaourt, puis sucrer selon les goûts. Réserver au moins 30 min au frais avant de servir.

Bon appétit !!

dimanche 23 septembre 2012

Mafaldine aux petits légumes et à la tapenade

Voici une recette inspirée des cours de cuisine proposés par Barilla la semaine dernière, avec un des types de pâtes originaux que j'avais pu y découvrir, les mafaldine. Sérieux, j'adore la forme de ces pâtes, je n'en avais jamais vu des comme ça avant ! Au milieu elles sont plates comme des tagliatelles, et sur les côtés elles sont ondulées. Tenez, regardez mieux :

Crues et cuites

Les pâtes longues sont super pour cuisiner avec des légumes, parce qu'elles "emprisonnent" les petits dés. Mais pour cela il est important de couper très finement les ingrédients ! Et je trouve que la tapenade se marie très bien avec les pâtes de ce genre (j'entends par là longues et plates).

Bien sûr, la tapenade, on peut la faire soi-même, c'est très simple et ça prend 5 min pas plus. On clique ici !

J'avais servi les pâtes en accompagnement d'un poulet rôti, mais en augmentant la quantité, ça peut faire un plat indépendant.

Ingrédients (pour 4 personnes)
Mafaldine (compter 50 g par personnes pour un accompagnement, 100 g pour un plat complet) - Si vous n'en avez pas, vous pouvez mettre des tagliatelles.
1 poivron (de la couleur qu'on veut !!)
1 aubergine
1 courgette
2 tomates
100 g de tapenade
Thym

Préparation
Couper en petits dés tous les légumes. Les faire revenir à la poêle 15 min dans un peu d'huile d'olive, les saler, poivrer, et parsemer de thym. Remuer régulièrement pour harmoniser la cuisson.
Pendant ce temps, cuire les pâtes puis les égoutter.
Verser les légumes dans un saladier, ajouter les pâtes, bien mélanger, puis ajouter la tapenade et mélanger à nouveau. Servir aussitôt.

Bon appétit !

Véritable chocolat chaud aux épices

English

Et ouais, y a des jours comme ça où on se dit, jme ferais bien une petite douceur pour le ptit dej. Finalement, c'est pas très compliqué de se faire un vrai chocolat. Et ça donne un petit rayon de soleil qui éclairera toute votre journée !! Ici, pas de chocolat en poudre, mais une vraie tablette de chocolat à pâtisser. Et ça change TOUT.


Pour la manipulation des épices, deux solutions : la première (celle de la recette), incorporer au lait des épices en poudre (du type mélange d'épices pain d'épices). OK, c'est simple, mais en fait, on garde en bouche cette poudre, et ce n'est pas une super sensation. Donc après test, je vous propose une deuxième méthode, que j'utilisais déjà pour le tchaï masala : prendre une boule à thé et y mettre des épices en morceaux, comme un bâton de cannelle, des clous de girofle, une étoile de badiane ...

Niveau épices, il y a le choix : muscade, badiane, piment, clou de girofle, cannelle, poivre, on met ce qu'on veut !!!


Ingrédients
100 g de chocolat noir
Mélange d'épices (voir ci-dessus)
50 cl de lait
Crème fouettée
2 cuil à soupe de sucre
Chocolat en poudre pour la déco

Préparation
Chauffer le lait avec les épices dans une casserole. Dès que le lait frémit, le sortir de la casserole et le laisser infuser 10 min avec les épices (attention de ne pas l'oublier sinon ça attache !). 
Faire fondre le chocolat. Quand le lait est prêt, retirer les épices (filtrer éventuellement) puis mettre le chocolat et le faire fondre. Ajouter le sucre. Verser dans un mug, poivrer, mettre de la crème fouettée et saupoudrer de chocolat en poudre. Servir immédiatement.

Vous pouvez aussi faire vous-même votre crème fouettée : battre 10 cl de crème liquide très froide avec 1 cuil à soupe de sucre glace. Perso, je n'arrive jamais à la faire correctement :( Donc je l'achète toute faite.

Bon appétit !!

samedi 22 septembre 2012

Drunken Chicken - Poulet rôti à la bière inavouable

English

Comme une envie soudaine de poulet rôti dans l'air... Alors j'ai décidé de tester cette recette inavouable que j'avais sous le coude. C'est vraiment très simple à faire, il faut juste prendre le temps de laisser le poulet cuire. Et vous pouvez servir ça à des enfants sans problème : la bière est là pour dorer et parfumer le poulet, mais l'alcool est complètement détruit au cours de la cuisson. Elle sert surtout à caraméliser le poulet juste ce qu'il faut, il ne crame pas, il a une super couleur !!


La cuisson du poulet rôti, ça me rappelle toujours des bons souvenirs. Quand j'étais beaucoup plus jeune et très peu douée en cuisine, je gardais des enfants qui un jour avaient dit qu'ils voulaient manger un poulet. Mais voilà, le boucher n'en vendait pas de tout prêts, et je ne savais vraiment pas quoi faire d'un poulet ENTIER cru !! Voyant les enfants déçus, le boucher s'est mis à me donner un cours de cuisine express sur la cuisson du poulet au four. Et les enfants étaient ravis !!!

Avec les mafaldine aux légumes
J'ai servi mon poulet avec la sauce HP que j'avais sélectionnée dans le cadre de ma chronique J'ai testé pour vous, et avec ma recette de mafaldine aux légumes et à la tapenade.

Ingrédients
1 poulet entier
1 canette de bière (33 cl)

Préparation
Saler et poivrer le poulet, sur le dos, étaler un peu de margarine (pour le dorer), puis placer dans un plat creux (type plat à gratin par exemple) et verser tout le contenu de la canette sur le poulet.
Cuire au four à 180° pendant environ 1 heure (pour un poulet de 1 kilo. Si le poulet est plus gros, il faut peut-être plus de temps ! Contrôlez la cuisson.). Arroser régulièrement le poulet avec la bière.
Servir avec des pâtes ou des frites.

Bien sûr, rien ne vous empêche de cuire votre poulet sans bière, en mettant simplement de l'eau au fond du plat.

Bon appétit !!

Et si on goûtait ... la sauce HP

Y a des produits, comme ça, si
1) on n'avait pas un blog culinaire
2) on n'avait pas une chronique SPECIALE prévue pour tester les trucs un peu bizarroïdes
et ben on ne les calculerait même pas, on passerait son chemin, et pis c'est tout. Mais pour toutes les raisons sus-mentionnées (et ouais !), le ptit bonhomme sur le flacon m'a sauté aux yeux et a sauté dans mon panier. Comme j'avais en plus des envies de poulet rôti, je me suis dit que ça irait probablement bien ensemble, et que c'était l'occasion. Testons donc !!! En plus, on entre dans l'hiver, et niveau fruits, on se réduit, donc il faut que je diversifie ma chronique.


Oui, je sens que vous aussi, vous êtes complètement sous le charme des moustaaaaches (on va y revenir). Mais assez ri, c'est du sérieux, d'après Wiki, cette sauce a été inventée en 1895 (l'est pu toute jeune !). Et une anecdote comme je les aime : elle aurait été nommée HP parce qu'on la servait au Parlement (House of Parliament, HP, vous suivez ?).

Le petit truc qui me fait toujours rire, c'est la petite étiquette sur le col. En voici un autre exemple pour mieux voir :


Les Anglais m'éclatent, sérieux. By appointment to Her Majesty the Queen... En gros, c'est la marque qui approvisionne la reine (et le reste de la clique, j'imagine) pour ce type de produits. Vous pouvez regarder, pour chaque sorte de produit, il y a une marque désignée. Truc de dingue. Vous imaginez, lire sur votre bouteille d'Orangina (pour choisir un truc français), Fournisseur officiel de Monsieur le Président de la République ? Sont fous ces anglais. Mais ça ne veut pas dire que c'est les meilleurs, hein ! Attention. Petit souvenir d'un voyage en famille en Irlande, où la boisson appointed to Her Majesty était franchement... infecte J

Bon un peu de sérieux, ça m'a l'air d'être une institution outre-Manche, vu ce que j'en lis. Pour faire simple, c'est une sorte de sauce barbecue "avec un goût unique fumé". Rien que ça. Si on ouvrait le flacon, maintenant ? 

D'abord, on met le nez, et ça sent bon !

Qu'y a-t-il dedans ? Vinaigre de malt, mélasse, sirop de glucose, vinaigre d'alcool, sucre, dattes, amidon de maïs, farine de seigle, sel, arômes, épices et tamarin. (Diététique, n'est ce pas).

Quand on goûte, on a effectivement une saveur très sucrée, comme on s'y attend avec la liste des ingrédients. Ca allait très bien avec le poulet. C'est donc une variation intéressante du ketchup, avec un goût plus épicé, plus prononcé. Approved by me !

Dernier truc qui m'a interpellée sur l'étiquette (et décidément, on en apprend tous les jours), c'est l'annotation Grow your MO (faites pousser votre MO), et plus bas Movember. Vous pensez bien que j'ai mené ma petite enquête. Movember donc, (pour ceux qui comprennent l'anglais, vous pouvez aller), déformation du mois de Novembre, avec un M comme... Moustache, bien sûr. C'est une initiative qui incite les hommes à se pousser la moustache au mois de novembre (sont fous ces anglo-saxons (oui je me répète)) pour sensibiliser les gens aux problèmes de santé masculins et favoriser les dépistages. (A mon avis, ça devrait être illégal ce genre d'initiatives J).

Alors, allez-vous vous laisser tenter ?

Lemon bars - Carrés à la crème de citron et au chocolat blanc

English

Voici un dessert américain, un peu différent de ce que je fais d'habitude. Et c'est vraiment très sympathique ! Avis aux amateurs de sucré.



Attention, le dessert doit reposer au moins trois heures au frais pour bien prendre. J'ai joué la sécurité et je l'ai préparé la veille.

Ingrédients
La base
225 g de farine
65 g de sucre cassonade
150 g de beurre
1 pincée de sel
Pour la crème
3 oeufs
Le zeste et le jus d'un gros citron
60 g de sucre
180 g de chocolat blanc

+ 1 moule carré ou rectangle de préférence (oui je sais, j'ai pris un sabot, c'était plus joli pour présenter).

Préparation
Préchauffer le four à 180°.
La crème
Dans un saladier, mélanger la farine et le sucre cassonade, puis incorporer le beurre ramolli du bout des doigts, un peu comme un crumble. Ensuite, beurrer un moule, verser cette base, bien l'enfoncer au fond du moule. Cuire 15 min, pour faire dorer la surface. Sortir du four et laisser refroidir.
Préparer la crème : faire fondre le chocolat blanc au bain-marie (ATTENTION, ma super technique qui consiste à verser de l'eau bouillante sur le chocolat ne marche PAS avec le chocolat blanc, qui est beaucoup trop gras et se mélange à l'eau, contrairement au chocolat à pâtisser.)
Dans une casserole, faire chauffer le jus et le zeste de citron, le sucre et les oeufs, bien fouetter jusqu'à ce que ça épaississe, et bien surveiller pour que ça n'attache pas. Verser en plusieurs fois sur le chocolat fondu et bien remuer. 
Quand la base est refroidie, étaler uniformément la crème au citron dessus.
Mettre au moins trois heures au frais. Au moment de servir, découper en carrés.


Bon appétit !!

jeudi 20 septembre 2012

Rouleaux de printemps au poulet et petits légumes croquants (poivron-carotte)

English

Depuis que j'ai commencé ce blog, régulièrement mon entourage me propose des recettes à tester. Aujourd'hui, c'est ma ptite soeur qui me met au défi à contribution. Défi relevé :



Bon, on va être honnête deux secondes. J'ai, comment dire, galéré. La feuille de riz cassait et collait pas ... Si quelqu'un connaît la technique, qu'il se fasse connaître à l'accueil :) Ah, je viens de trouver une technique qui a l'air pas mal, par Mon grain de sel. Pour ceux que ça intéresse. Je testerai la prochaine fois.

En tout cas, je propose de servir ça en entrée, un par personne, et roule ma poule. Et c'est super bon !!

Parce qu'il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas de connerie, et que c'est en sciant que Léonard de Vinci, je me suis rendu compte après coup que j'ai voulu faire de trop gros rouleaux, c'est pour ça que c'était si difficile : il ne faut mettre que 3-4 éléments par rouleau, pas plus, et faire des petites bouchées, quitte à en faire plus.

Ingrédients (pour 8 rouleaux)
8 feuilles de riz
300 g de blanc de poulet
1 poivron rouge
1 poivron vert
2 carottes
1 citron vert
1 gousse d'ail
Coriandre
1/4 cuil à café de piment
+ sauce pour nem

Préparation
Couper le poulet et les légumes en très fines lamelles. Saler et poivrer le poulet, le dorer 5-10 min à la poêle en le pimentant.
Presser l'ail et le citron, mélanger, saler légèrement et ajouter de la coriandre. Y faire mariner les légumes.
(C'est là que ça se gâte.) Mouiller la feuille de riz, placer de la viande et des légumes sur une extrémité, puis rouler en serrant bien et sans casser la feuille (si elle casse c'est qu'elle n'est pas assez mouillée). Réserver au frais pendant qu'on prépare les autres.
Servir frais avec du nuoc mâm.

Et la question qui tue ? Pourquoi ils s'obstinent à faire des feuilles de riz ronde ?? C'est tout sauf pratique (encore plus quand on s'en sert pour préparer des makis).

Bon appétit !!

mercredi 19 septembre 2012

Courge spaghetti au parmesan

Je teste aujourd'hui le dernier légume que m'avait donné ma tante il y a quelques temps. La courge spaghetti. Quel drôle de nom, me direz-vous. On l'appelle ainsi parce que la chair de cette courge se détache en petits filaments, on a l'impression d'avoir un légume râpé (sauf qu'on ne râpe pas, on gratte). Expérience intéressante à tenter.

Deux courges dans leur milieu naturel,
elles ne savent pas encore à quelle sauce elles vont être mangées
Quand on m'a raconté le coup de la chair qui fait des spaghetti, je vous avouerai que j'étais un peu sceptique. Mais en fait non, ce n'est pas une légende urbaine.


Donc, résultat du test, la chair n'a pas franchement de goût, c'est surtout la texture qu'il est intéressant de travailler. 

Pour cette recette, je l'ai parfumée au parmesan. C'est pas mal, original. Je pense que ça se prête plus pour une petite entrée originale, de trop grandes quantités lasseraient.

Exceptionnellement, c'est une recette au micro-onde, même si je ne suis pas une fan de cet outil (non, contrairement à ce qu'on peut entendre des fois comme aberrations à la télé, le micro-onde n'a pas été INVENTE pour cuisiner, il a été inventé par des physiciens à la base. Et il détruit la plupart des qualités nutritives des aliments.)

Ingrédients (pour 6 entrées)
1 courge spaghetti
Parmesan
Beurre

Préparation
Percer la courge jusqu'au coeur, la faire cuire 10 min au micro-onde à puissance maximale.
La couper en deux, ôter la chair foncée et les pépins, et ensuite gratter la chair avec une cuillère à soupe. Réunir dans un saladier, saler, poivrer, mettre des noisettes de beurre et du parmesan.
Servir immédiatement.

Bon appétit !!!

mardi 18 septembre 2012

Muffins figue, vanille et miel

English

Voici une recette de muffins dans l'air du temps, profitons des dernières figues fraîches (j'ai eu un peu de mal à en trouver, à ma surprise). C'est vraiment délicieux, les petites graines de figue croquent sous la dent, et le miel parfume l'ensemble. Génial.


On dirait pas comme ça (enfin si, quand même), mais la cuisson a été un tantinet folklorique, mon four ayant eu quelques envies de rébellion. Je serais peut-être recalée à Masterchef, mais on s'en fout, qu'est-ce que c'est bon !!!

Mes autres recettes de muffins sont ici.

Ingrédients (pour 12 muffins)
3 grosses figues fraîches (300 g)
200 g de miel
300 g de farine
4 oeufs
12 cl de lait
1 sachet de levure
2 cuil à soupe d'extrait de vanille, ou 3 gousses de vanille
130 g de beurre
1 pincée de sel

Préparation
Couper les figues en tout petits dés.
Mélanger les oeufs et le miel, puis ajouter la farine, la levure, le sel, l'extrait de vanille (ou les graines de la gousse de vanille), le beurre fondu et le lait. Quand la pâte est homogène, ajouter les dés de figues.
Beurrer les moules à muffins et verser la pâte.
Cuire 25 min à 175°.

Bon appétit !!!

dimanche 16 septembre 2012

Crumble de petits légumes du soleil à la crème de chèvre (aubergine, courgette, poivron, tomates)

English

A force de regarder tout l'après-midi d'hier des gens faire des démonstrations et manier habilement des couteaux, j'ai eu moi aussi envie de cuisiner des petits légumes et de tester quelques petits trucs que j'ai appris ! Mais pas des pâtes, hein, faut pas exagérer, j'avais peur de me lasser. Et puis ça faisait un moment que je n'avais pas fait de crumbles.

Donc j'ai fait cette recette en combinant deux recettes un peu semblables pour prendre le meilleur de chacune. C'est une petite bombe, qui dégage un parfum délicieux, et un mélange de saveurs vraiment génial.


Bon, bien sûr, qui dit crumble dit présentation un peu chaotique :) D'ailleurs, si vous avez des ramequins ou des mini-cocottes, ça peut être une bonne idée de préparer des portions individuelles, c'est plus simple à présenter.

Ingrédients (pour 6 personnes)
1 boîte de fromage de chèvre frais de type Chavroux (150 g)
2 crottins de Chavignol
1 aubergine
2 petites courgettes
2 poivrons (j'ai mis un rouge et un vert)
3 petites tomates
10 cl de crème liquide*
1 oignon
2 gousses d'ail
Thym
Pour la pâte à crumble
75 g de parmesan
75 g de beurre
3 cuil à soupe de chapelure (réduire 4 biscottes en poudre)
75 g de farine
1 cuil à soupe de thym

*Petit truc que j'ai appris hier : il vaut mieux utiliser en cuisine de la crème liquide, pas épaisse, car le résultat de cuisson est meilleur, et de la crème entière, pas allégée, car celle-ci est plus acide et trafiquée, en plus.

Préparation
Préchauffer le four à 200°
Emincer l'ail et l'oignon, ébouillanter les tomates pour les peler, et couper en tout petits cubes tous les légumes.
Faire revenir avec de l'huile dans une sauteuse l'oignon et l'ail, puis quand ils ont blondi, ajouter les légumes. ** Faire cuire en remuant de temps en temps 15 min. Saler, poivrer, ajouter du thym. Ensuite, verser la crème liquide et le chèvre frais, mélanger jusqu'à ce qu'ils soient répartis dans les légumes.
Verser dans le fond du plat. 
Dans un saladier, mélanger le beurre ramolli, le parmesan, la chapelure, la farine et le thym, et éparpiller sur les légumes.
Couper les crottins de Chavignol dans la largeur et répartir sur la préparation.
Faire cuire 20-25 min au four, jusqu'à ce que le chèvre ait bien fondu. Servir aussitôt, éventuellement avec une salade verte.

**Il est préférable de faire chauffer la poêle avant de mettre l'huile, et d'ajouter ensuite directement les légumes sur l'huile, ainsi celle-ci ne cuit pas toute seule.

Enfin, pour la route, une petite technique que j'ai apprise pour découper les poivrons sans être envahi par les petits pépins : contrairement à ce qu'on m'avait appris, il ne faut pas couper le coeur avant la découpe, mais plutôt "tourner autour de la tête du poivron" pour prélever la chair sans toucher aux graines. Une image est plus claire qu'un long discours :


Je l'ai fait, et effectivement, la partie prélevée (à laquelle je n'avais pas touché directement) n'a pas de pépins !

Bon appétit !!!

samedi 15 septembre 2012

Après-midi cuisine à la Casa Barilla

Dès l'entrée on annonce la couleur,
chez Barilla, on n'est pas né de la dernière pluie !
Aujourd'hui, un post en forme de carnet de bord. Dans un post précédent, je vous avais raconté que ce week-end (comme apparemment tous les ans depuis trois ans), Barilla faisait un grand évènement autour de la cuisine des pâtes. En plus, c'était tout prêt de chez moi. Moi qui adore les pâtes, mais qui ne sais pas les cuisiner, je me suis dit que ce serait l'occasion d'apprendre à faire autre chose que "des pâtes à l'arrache parce que j'ai pas eu le temps de me faire à manger". Et franchement, je n'ai pas été déçue, c'était très instructif, à la fois ludique et pédagogique. Et surtout extrêmement bien organisé. J'ai notamment assisté à un cours de cuisine avec une chef très intéressante (et compétente), qui ne se contentait pas de rabâcher de sacro-saintes règles "c'est comme ça", mais qui expliquait pourquoi c'est mieux comme ça qu'autrement. Du coup on retient mieux les do and don't, quand on comprend. Même pas peur des gros reflex des pros tout autour de moi, j'ai sorti mon fidèle appareil photo et mitraillé toute l'après-midi. Petit tour d'horizon...

Les lieux : 
La boutique

L'évènement était installé dans une galerie d'art. Super sympa. A gauche, la boutique, avec un éventail de choix bien plus large que dans la plupart des magasins (la vendeuse expliquait que chaque supermarché choisit quels types de pâtes elle veut commercialiser, mais ne prend pas tout). Je vais vous présenter les deux espaces les plus intéressants :
La Scuola d'abord, où j'ai assisté à plusieurs démonstrations, appris des bases de recettes assez sophistiquées (j'y reviendrai), mais aussi pu découvrir des aliments que je n'avais jamais goûtés avant, comme la seiche ou l'encre de seiche. On nous a aussi appris à poêler du fois gras, comment utiliser la lécithine de soja... Bon quand même, ça me faisait rire, le "grand chef" qui ne savait absolument pas où trouver les choses et déléguait tout à son commis. Autant refiler le micro au commis (le pauvre) et aller prendre un canon au bar. Enfin bon, privilège des chefs, je suppose.

Deuxième endroit, la cucina (mais c'est que je deviens bilingue moi :) ), où ont eu lieu notamment les demi-finales du concours Marmiton. Félicitations aux gagnants, l'impro, en cuisine, c'est pas toujours évident. C'est là aussi qu'avaient lieu les cours de cuisine. Je suis totalement en train de baver devant le matos et le plan de travail, sérieux !!!

Bon, au sujet de la cuisson des pâtes, je vais peut-être enfin arrêter de planter mes dosages et de trop/pas assez saler. Ce serait un grand pas pour l'humanité. A ce qu'il paraît (ça avait l'air super scientifique) il faut 1 litre d'eau pour 100 g de pâtes et 7 g de sel pour 1 litre d'eau, et 100 g de pâtes correspondent à une portion pour une personne. Je garantis pas de sortir la balance à tous les coups, mais ça donne une idée.

J'ai aussi appris ce que veut dire exactement al dente. Non, pas la traduction, ça, on gère. Mais bien ce que cela représente (c'est pas des comédies d'italiens monomaniaques, en fait :) ). C'est le moment où l'amidon des pâtes est cuit parfaitement, et où les qualités énergétiques des pâtes sont à leur maximum. Si on cuit plus, les sucres se dissocient (oui, là, ça devient technique). Il faut cuire les pâtes au dernier moment, car sinon elles continuent à cuire, et sont donc trop cuites. On sait que l'amidon est cuit quand, en coupant une pâte en deux, on ne voit plus de petit point blanc au coeur.

Sinon, ça ne sert à rien de : mettre de l'huile dans l'eau (logique, ça se mélange pas), rincer les pâtes pour stopper la cuisson, ça ne marche pas (je ne savais pas), elles continuent à cuire à coeur. Et il ne faut pas remuer en permanence les pâtes, juste de temps en temps (toujours une histoire d'amidon).

La chef expliquait aussi qu'on pouvait parfumer l'eau des pâtes en mettant par exemple un bouquet de tiges de basilic ou de persil (ou bien les arêtes du poisson, les os du poulet, mais elle n'a pas dit comment les séparer les pâtes, donc c'est un peu risqué). A tester.

Autre attraction intéressante, la dégustation de pâtes.


Le plat de droite était assez conventionnel. Papillons avec sauce tomate-ricotta. Pas très intéressant. En revanche c'était un très bon moyen de bien se rendre compte du fait que la forme des pâtes influe vraiment sur leur goût, car ça servait de point de comparaison avec l'assiette de gauche. C'est celle qui, selon mon sondage personnel auprès des gens qui goûtaient autour de moi, a eu le plus de succès. C'est un type de pâtes que je ne connaissais pas, les Trofie, qui sont excellentes. Elles étaient servies avec le pesto classique, mais il n'avait pas le même goût que celui qu'on achète, il était moins fort et moins salé, bien meilleur : je pense qu'ils l'ont délayé avec de la ricotta ou du mascarpone. A tester aussi.

Niveau démonstrations, quelques idées vachement sympathiques :


Pipe rigate (grosses coquillettes) farcies aux anchois et à la ricotta, noisettes concassées et émulsion mascarpone-fumet de poisson + estragon. L'anchois, c'est fort, mais avec la ricotta, ça passe tout seul. J'ai appris à faire une écume, et c'est là que la lécithine de soja entre en jeu, pour maintenir l'émulsion.



Pipe rigate toujours, mais cette fois farcies à l'artichaut-ricotta, avec foie gras poêlé et émulsion à base de mascarpone et jus de cuisson des artichauts + shiso (une herbe japonaise que je ne connaissais pas et qui a une saveur super intéressante). Alors l'appareil à base d'artichaut n'avait pas franchement de goût. Mais le foie gras poêlé ... de la bombe.

Et enfin tagliatelles avec seiche et girolles et émulsion à base de jus de cuisson des champignons et encre de seiche. Super bon. Je ne connaissais pas la seiche, et (à ma surprise), j'ai bien aimé. Je suis allée étudier l'encre de seiche de plus prêt : c'est SUPER fort ce truc !! Un jour j'arrêterai peut-être de mettre mon nez partout à mes risques et périls, mais ce jour n'est pas arrivé (prendre la voix d'Aragorn).


Pour résumer, une après-midi riche en découvertes, je me suis vraiment bien amusée. Je suis repartie avec quelques produits à tester, et bien sûr quelques fiches-recettes. Petite mise en bouche :

jeudi 13 septembre 2012

Taboulé à la façon de ma cousine (céléri, cornichons, poivron, merguez...)

English

Le taboulé classique, c'est drôlement bon, on est d'accord. N'empêche que même pour les meilleurs plats, un peu de variations, ça ne fait pas de mal de temps en temps. C'est l'idée qu'avait eue ma cousine, et en voici le résultat. La cuisine, c'est un peu comme le cinéma : des fois, l'adaptation s'éloigne beaucoup du bouquin original, mais ça n'empêche que c'est bien quand même !!! Alors lançons-nous pour cette super salade fraîche, savoureuse et colorée.


Qu'y a-t-il donc dans cette assiette ???

Ingrédients (pour environ 4-6 personnes)
300 g de semoule à couscous
1 poivron vert
1 poivron rouge
1 boîte de céléri rémoulade 
4-6 merguez
Une dizaine de cornichons
Raisins secs
3 tomates

Préparation
Dans un bol, faire tremper les raisins. Dans un saladier, recouvrir la semoule d'eau et la faire gonfler autant que possible (rajouter progressivement de l'eau). A la fin, saler un peu. Cuire les merguez.
Pendant ce temps, couper en dés ou en rondelle les poivrons, tomates, cornichon. 
Une fois la semoule prête, mélanger tous les ingrédients (ne pas oublier le céléri). Ne saler que si c'est nécessaire. 
L'idéal est de laisser le tout mariner un peu ensemble, pour que les saveurs se mélangent.

Bon appétit !!!

lundi 10 septembre 2012

Raïta à la mangue

English

Avant de commencer cet article, je voulais vous parler d'un truc qui va se passer la semaine prochaine, et que rien que de l'apprendre, ça m'a mise de bonne humeur pour la semaine (jvous dis en ce moment, il ne me faut pas grand chose, c'est mon côté bisounours). Donc le week-end prochain, chez Barilla, (ohhhh) ils font des ateliers de dégustations (mmmm), des cours de cuisine (hoooo) et le tout gratuit (hiiiii). Si là vous vous dîtes, nan c'est pas possible, c'est trop bisounours pour être vrai, zavez qu'à demander à Marmiton. Bref, à ne pas manquer !!!


Revenons à nos moutons. Parce que la raïta, c'est pas seulement salé (même si salé ... c'est génial). Bref, sucré, ça donne un dessert tout simple et sans prétention, très simple à faire et très rafraîchissant. Et puis l'avantage, c'est qu'on met les fruits qu'on veut dedans (banane, fraise, pomme, faut vraiment que je vous dise tout ?? :) )

Ingrédients
5-6 yaourts nature
Environ 50 g de sucre
100 g de fruits

Préparation
Battre les yaourts à la fourchette, sucrer à convenance. Couper les fruits en tout petits dés. Réserver au frais avant de servir (environ 30 min minimum).

Dur dur !!! (En même temps heureusement qu'il y a des recettes comme ça aussi, pour les soirs de flemme).

Bon appétit !!

dimanche 9 septembre 2012

Verrines au kiwi, speculoos, fromage blanc et coulis de figues de barbarie

English

Et voici arrivé le moment de préparer les figues de barbarie. Pour cela, j'ai choisi la recette du blog de LaFrancesa (très bon blog d'ailleurs). Pour ceux qui n'ont pas lu le post d'avant, la peau de la figue de barbarie, qui est le fruit d'un cactus, est recouverte de petits piquants, et si on ne fait pas attention, après on a l'impression d'avoir des échardes partout sur les mains !!! Ce n'est pas exactement une sensation super agréable.


Ces verrines sont délicieuses avec cette variation de couleurs et de saveurs. Génial ! Une tuerie !

Ingrédients (pour 4 verrines)
6 figues de barbarie
2 kiwis
Une dizaine de spéculoos
Fromage blanc (3 pots de 125 g)
1 cuil à soupe de cassonade

Figues de barbarie

Préparation
Avec précaution, prélever la chair de la figue. La cuisine du jardin explique très bien la marche à suivre. Pour la faire courte, couper la figue en deux sans la toucher (piquer avec une fourchette) puis retirer la chair avec une cuillère à soupe. Mettre la chair dans une casserole avec la cassonade, puis faire cuire jusqu'à obtention d'un coulis. Si nécessaire, mixer ensuite la préparation. La passer au chinois (afin de retirer les nombreux pépins et ne conserver que le jus). Laisser reposer.
Retirer le coeur blanc et dur des kiwis et couper en petits dés. Hacher grossièrement les spéculoos.
Dresser les verrines : d'abord le kiwi, puis les spéculoos, puis le fromage blanc, et enfin le coulis.
Laisser reposer au frais environ 30 min, c'est meilleur quand c'est bien frais.

Bon appétit !!!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...